Des scientifiques datent avec précision un tableau du XVIIe siècle

Peinture Vue de Delft par Johannes Vermeer
Le tableau Vue de Delft, par le peintre Johannes Vermeer (1632-1675). © DP (recadré)

Mêlant brillamment art, histoire et astronomie, une analyse d’un chef-d’œuvre peint par Johannes Vermeer voici 360 ans, intitulé Vue de Delft, remonte presque exactement à la date et à l’heure de la matinée qui a vu le Soleil se lever pour éclairer la source d’inspiration de l’artiste, à savoir une jolie ville néerlandaise et son clocher. 

Avec Vue de Delft, le peintre néerlandais Johannes Vermeer à qui l’on doit notamment un portrait très connu appelé La Jeune Fille à la Perle (vers 1665), a dressé cette fois un portrait exquis de sa ville natale aux Pays-Bas. Les experts estiment vaguement que la toile aurait été réalisée aux alentours de 1659-1660. Mais à présent, des chercheurs sous la houlette de l’astronome Donald Olson de l’université d’État du Texas, proposent que l’œuvre représente la ville de Delft telle qu’elle apparaissait au petit matin, vers 8 heures, autour de la date du 3 septembre 1659.

Le groupe est parvenu à restituer avec une telle précision la date probable vers laquelle le tableau a été peint en se lançant dans une exploration de Delft à la fois en personne et à travers le travail minutieux de l’artiste. Couplés à d’autres indices cachés dans le tableau, ce sont essentiellement les rayons du Soleil touchant le clocher de l’église de Delft qui ont permis aux chercheurs d’accomplir ce tour de force. Ils dévoilent les dessous de leur analyse dans le magazine Sky & Telescope.

Comparaison entre la peinture et une photo du clocher de Delft
Comparaison entre la façon dont le clocher de Nieuwe Kerk est éclairé par le Soleil dans le tableau de Vermeer et dans une photographie prise par les chercheurs le 16 octobre 2019. La lumière touchant le pilier montré par la flèche rouge est un bon indicateur de la position du Soleil. © Mauritshuis, La Hague, Russell Doescher

Lumière sur les zones d'ombre d'une œuvre d'art

Les experts se doutent que l’artiste a peint ce tableau au maximum avant l’installation des cloches de l’église de la ville, appelée Nieuwe Kerk (Nouvelle Église), soit avant avril à septembre 1660, compte tenu de leur absence dans le clocher présenté sur la toile. En revanche, malgré l’attention portée par Vermeer à l’éclairage de la scène, ils ne s’accordent pas sur le moment de la journée qui a inspiré le peintre.

Pour résoudre cette énigme, Donald Olson et son équipe ont combiné des sources historiques à des outils modernes ainsi qu’à des mesures sur le terrain. La toile capture le paysage urbain depuis un poste en hauteur dans le sud de Delft, les bâtisses constituant le reste de la ville s’élevant au nord, par-delà le fleuve Schie. En se référant à des cartes d’époque de la ville, que les chercheurs ont associées à des relevés modernes réalisés sur Google Earth, puis sur place, ils ont pu cibler où ce poste d’observation pouvait bien se trouver et calculer que le tableau couvrait un paysage de 42° de large.

D’après un communiqué de l’université d’État du Texas, pour obtenir ce résultat, ils se sont focalisés sur différents points de repère dispersés dans la scène, dont notamment la flèche de l’église, dans le but de dégager selon quel angle le peintre les a observés et à quelle distance il se tenait par rapport à eux.

En déplacement à Delft fin 2019, les chercheurs ont par ailleurs pris des photos de la ville en adoptant un poste équivalent à celui du peintre. Ils ont également repris des mesures du clocher sur le terrain, de même que sur la toile de Vermeer, aujourd’hui exposée dans un musée de La Haye. Ce travail a révélé que le peintre a reproduit le clocher en conservant ses proportions exactes, alors que des experts soupçonnaient qu’il l’avait agrandi par rapport à la réalité.

Peinture montrant le
Peinture datant de 1736 sur laquelle l’on peut apercevoir l’auberge où Johannes Vermeer était vraisemblablement posté pour peindre Vue de Delft (à une des fenêtres encadrées en rouge). Le bâtiment a brûlé en 1879, poussant les chercheurs à trouver un autre point d’observation correspondant le plus possible à cette auberge. © Donald Olson

Par ailleurs, selon Daniel Olson et ses associés, le Soleil éclaire la scène depuis le sud-est, c’est-à-dire depuis la droite du tableau. De plus, ils estiment qu’une horloge apparaissant sur un bâtiment de la ville affiche environ 8 heures.

Ils ont donc poursuivi leur enquête en déterminant à quel moment de l’année le Soleil était dans la position adéquate, à cette heure-ci de la matinée, pour frapper de ses rayons la flèche de l’église de Delft de la façon exacte dont Vermeer l’a représentée sur son tableau. D’après le logiciel d’astronomie permettant de calculer la position du Soleil, le jeu d’ombres et de lumière que le peintre a créé sur le clocher correspond soit à la période du 6 au 8 avril ou alors du 3 au 4 septembre.

Or, sur la base des arbres touffus que l’on peut remarquer dans la ville, incompatibles avec le début du printemps, les chercheurs écartent la première possibilité. Ils en déduisent que Johannes Vermeer aurait donc été inspiré par la vue de Delft au matin du 3 septembre de l’année 1659, voire d’une année antérieure, sachant que septembre 1660 est au contraire une date trop tardive : le peintre aurait dans ce cas fait apparaître les cloches que l’on venait d’installer dans l’église.

Sources